AMIODARONE

AMIODARONE quand tu nous tiens

Les signes ECG d’imprégnation
–> FA à réponse lente et repolarisation aspect en « S italique couché » avec QT Long. Cet aspect est proche de l’hypokaliémie (même mécanisme d’action sur les phases 4 du potentiel d’action des myocytes ventriculaires, sans la bradyarythmie).

Les effets indésirables
–> Atteinte de la conduction intracardiaque (bradyarythmie à 45/min, dysfonction voire paralysie sinusale souvent responsable d’insuffisance chronotrope) et QT trop long (parfois dangereux si d’autres substances allongent aussi le QT…). On pourrait citer les autres effets indésirables dont la maladie de l’oreillette, l’hypothyroidie fréquente, l’hyperthyroïdie plus rare, le prurit , les neuropathies et surtout la fibrose pulmonaire (toujours y penser). J’ai tout vu au cours d’une vie… (sauf les dépôts oculaires mais on m’en a parlé).

Mon avis
J’adore ce médicament pour réduire/parfois ralentir une fibrillation/flutter atriale (IV ou PO selon l’urgence) ou une TV. Son effet est un peu décalé de l’injection (en heures), mais elle prévient les récidives précoces. Il faut l’utiliser avec modération : indications absolues (voir mises au point sur le site e-cardiogram, car indications réduites depuis ESC 2019), surveillance des ES et surtout savoir l’arrêter après quelques semaines à quelques mois si c’est possible au profit d’une autre stratégie… avant l’accumulation dans l’organisme (demi vie 35 jours).

L’utiliser avec modération oui, mais à bonne dose initiale (trop d’homéopathie en France)

——————-

Colunga Biancatelli RM, Congedo V, Calvosa L et al. Adverse reactions of Amiodarone. J Geriatr Cardiol. 2019; 16(7):552-566 (téléchargeable)