Flutter atrial 4. conduction AV 1/1

Certains flutter atriaux avec une fréquence atriale pas trop rapide (200 à 250 par exemple) peuvent être conduits au travers du noeud AV avec une réponse 1/1. La fréquence cardiaque résultante est donc extrêmement élevée et la tolérance médiocre. 

Cela s’observe lors de l’initation du flutter, en cas d’hyperédrénergie liée à une condition extérieure (sepsis) ou en cas d’antiarythmique de classe I (cf. flutter atrial drogué).

L’adénosine IV en flash est un excellent moyen de faire le diagnostic en freinant la conduction AV. Les bêtabloquants sont également efficaces (vie courte, de préférence) ou inhibiteurs calciques non DP si l’hémodynamique semble préservée.

Le diagnostic différentiel en cas de complexes QRS larges est une TV.