Faisceau de Kent : ECG

L’aspect ECG d’un faisceau de Kent perméable dans le sens antérograde, varie selon sa localisation et la masse ventriculaire qu’il dépolarise.

La préexcitation ventriculaire est d’autant plus marquée que le Kent est proche du nœud sinusal (préexcitations droites) et que la conduction dans la voie nodo-hisienne est mauvaise. Elle est donc moins marquée au cours des préexcitations gauches en raison du temps qu’il faut pour l’atteindre depuis l’oreillette droite. Elle dépend également des variations du tonus vago-sympathique qui modifie la conduction nodo-hisienne et des propriétés de conduction propres au Kent. Elle peut disparaître avec l’âge ou à l’effort.[1]

La préexcitation est donc extrêmement variable. En effet :

– L’intervalle P-R peut être plus ou moins court < 0,12 s, en général < 0,10 sec, mais parfois atypique avec un PR long (bloc intra-atrial, bloc du premier degré dans le Kent ou fibres de Mahaïm)

– L’onde delta peut se résumer à un discret empâtement ou apparaître comme un crochetage franc ou une véritable une onde delta indépendante

– Le QRS peut être plus ou moins large, souvent > 0,12 sec avec disparition de qV5-6, mais parfois presque fins (« préexcitation mineure ») sans disparition de qV5-6 (« préexcitation atypique » avec onde delta négative en V6»)

– Les modifications du ST-T peuvent varier d’un ECG à l’autre chez un même patient, sans que les modifications du QRS soient évidentes.

[1] Laham J et Brembilla-Perrot B (2003)